Santé : la maîtrise du risque est incontournable


Dans le secteur de la santé, les risques sont certainement l’un des pires ennemis des praticiens. Et pour cause, ils représentent la part aléatoire inhérente à toute activité mais qui, dans ce cas précis, ne peut être négligée… En effet, la moindre erreur a un impact direct sur les vies humaines. Comment faire pour maîtriser ces risques ? Quelles méthodes peuvent être mises en œuvre ? Éléments d’explication…

  Soigner est une chose, envisager les risques que suppose tout acte médical ou tout environnement de santé en est certainement une autre. On peut être le praticien le plus doué ou le plus compétent, les risques dans un établissement ou un réseau de santé sont partout et leur gestion implique la maîtrise de nombreux paramètres. Ces dernières années, les réclamations des patients, les scandales sanitaires ou encore les assurances ont obligé les acteurs du monde de la santé à repenser leurs politiques de prévention, de qualité et de sécurité des soins.

La notion de risque est un concept induisant qu’il est possible de prévenir l’avenir à partir du passé. En d’autres termes, identifier une situation dangereuse ou une mauvaise pratique permet d’éviter la répétition des erreurs. Cette conception n’est que partiellement exacte puisque des évènements sont toujours susceptibles de produire des effets indésirables qui vont remettre en cause les certitudes. La gestion du risque s’entend donc comme la possibilité de réduire au maximum les effets indésirables de certains évènements.

Comment mieux maîtriser le risque ?
La maîtrise du risque oblige les professionnels de santé à remettre en question leurs certitudes. Non seulement les obligations réglementaires en la matière sont régulièrement renouvelées, mais elles deviennent également de plus en plus contraignantes. Pour éviter les erreurs ou les mauvaises pratiques, il devient primordial de repenser l’approche de la gestion des risques. En effet, la prise en compte de ces derniers ne peut plus relever uniquement de retours d’expérience et d’ajustements au cas par cas. Dans cette optique, une véritable stratégie de management des risques, fondée sur l’analyse et le contrôle des incertitudes à chaque étape des processus de soins, doit nécessairement être mise en œuvre. Les processus doivent être repensés, de même que l’attitude des professionnels.

Première étape : l’analyse des risques. L’expérience des acteurs est ici fondamentale. D’où l’importance d’adopter une méthode de restitution des expériences concrète et efficace ! Il s’agit ainsi de mettre en place une politique formalisée et systématique de retours d’expérience qui pourront être exploités par des utilisateurs futurs.

Deuxième étape : la méthode de management. Une fois que les risques sont identifiés et les objectifs clairement définis, les professionnels de santé doivent se familiariser avec une stratégie de mise en œuvre des processus qui ne laisseront aucune place au hasard. Que ce soit dans le circuit des médicaments ou l’accomplissement d’un acte de soin, le respect d’une méthode rigoureuse et adaptée est la meilleure manière de réduire les risques.

Le rôle fondamental du gestionnaire des risques
Dans le management des risques, le gestionnaire des risques est une boussole pour les autres praticiens. Son attitude doit donc être irréprochable : il passera ainsi d’une attitude de conviction à une attitude de doute face à des faits et des pratiques qui jusque là faisaient autorité. Également, son intervention se situe dans le compromis. Chaque situation doit être calculée d’après des critères objectifs. Il lui faut éviter au maximum de se laisser enfermer dans une situation de compromission ou donner le sentiment que ses décisions sont guidées par des arguments subjectifs.

 


Contact : Vanessa Langlois / vanessa.langlois@centraleparis-sante.com / Tél. : 01 55 50 04 03